Le Monde du Yoga

Retour

En chemin vers la parole : l’expérience védique de l’acheminement

par Ananda Ceballos | Publié le 31 août 2005

L’avènement de la création et la perpétuation de l’ordre du monde suppose une lutte constante contre le désordre, incarné notamment par Nirriti, force de destruction. L’agencement du cosmos procède de l’action conjuguée de la parole et du sacrifice. C’est aux rishi, poètes-voyants, que revient cette tâche.

La notion de cheminement au sens védique conduit à une réflexion extrêmement actuelle sur les liens entre le caché et le manifeste, l’ordre et le désordre, le plein et le vide, notions qui sont au coeur de la conception védique du monde et de l’être humain.

Pour comprendre l’idée de cheminement dans la littérature védique, il est indispensable d’explorer les fonctions respectives de la parole et du sacrifice et de mettre en évidence leur lien avec la notion de rita, l’ordre cosmique et/ou la vérité.

OUVERTURE DE L’ESPACE ET CRÉATION DU MONDE

Selon la pensée védique, toute création exige que l’on ouvre un espace, que l’on crée une distance là où il y a resserrement. Tout acte créateur consiste, avant tout, à frayer un chemin. La création, et en particulier la création du monde, est donc fondamentalement une mise en mouvement, une impulsion originelle qui permet aux êtres et aux choses de circuler. Ainsi, la valeur suprême de la pensée védique, le rita, implique par essence l’idée d’agencement en renouvellement constant. C’est un ordre dynamique.

Le but de la création est d’extraire l’ordre (rita) à partir du domaine de l’inagencé (anrita) où règne le désordre. Plus tard, conçue également comme un autre avatar du désordre, apparaît Nirriti, force dans une certaine mesure indispensable à la création. En effet, dans l’Inde védique, ordre et désordre n’ont jamais été irréductiblement opposés et ils constituent les deux éléments inaliénables de l’univers créé. Amhas, littéralement « étroitesse », « resserrement », ce manque d’espace qui empêche l’émergence du cosmos constitue la première image védique d’un « mal » à combattre .

Pouvant désigner la vérité, le rita est aussi dans les Veda l’univers harmonisé, c’est-à-dire, l’agencement exact des forces cosmiques et sociales. Au rita s’oppose l’anrita, le mensonge, la fausseté. L’anrita, littéralement absence d’ordre, est l’univers encore inagencé. Parmi les incarnations du désordre, Nirriti est une puissance associée aux abîmes, aux gouffres, aux trous. Force terrible, elle incarne « la destruction, la néantise » (Renou) car elle introduit dans l’agencement du monde des fissures, des déchirures, qu’il faudra ensuite réparer en comblant les lacunes. Assurer par exemple la continuité du rituel ou l’enchaînement des jours et des nuits, équivaut à collaborer au bon déroulement du monde. L’existence même de l’univers dépend de l’absence de brisures. Le rita constitue un réseau de connexions qui permet de tenir ensemble les éléments qui forment le cosmos. Défaisant des liens, introduisant des ruptures dans cette trame cosmique, Nirriti s’y oppose et menace ainsi le bon déroulement des choses. C’est donc quand on sait la capter, la ménager, que Nirriti peut contribuer par ses pouvoirs à l’agencement correct du cosmos.

(…)

PAROLE-SACRIFICE: LE PIVOT DE L’UNIVERS

L’acte sacrificiel est conçu comme modèle de tout autre acte. Le sacrifice active l’ordre cosmique, le recréant à chaque instant. Sans lui, le rita serait un ordonnancement vide et statique. Le sacrifice védique n’est aucunement, comme le veulent certains exégètes, un simple rite visant l’obtention de la nourriture, des enfants, des vaches, des richesses. Il constitue l’élément nécessaire au maintien de l’ordre cosmique.

La parole et le sacrifice ont des rôles homologues car c’est grâce à eux que le monde peut continuer à exister. Ils tendent un fil entre l’ordre macrocosmique et l’ordre microcosmique, les tenant ensemble. Aussi bien la création poétique que l’activité sacrificielle se fondent sur un ordonnancement du temps et de l’espace. La parole a pour vocation d’assurer la continuité du sacrifice, et ce dernier dépend de la parole pour prospérer. « Structurée en mètres (chandas), elle [la parole] permet aux poètes (…) de mettre en mouvement le char du sacrifice, à l’aide des strophes et des mélodies » (Malamoud). Plusieurs images montrent l’intimité qui existe entre parole et sacrifice, notamment dans un célèbre récit mythologique qui narre même leur accouplement sexuel.

Si certains dieux comme les âdityas sont bien les garants de la création, c’est à la parole que revient le rôle créateur par excellence dans les Veda. La connexion entre la création et la parole se fonde sur l’acte de nommer, car donner un nom revient dans la pensée védique à donner l’existence à l’être nommé. « Nommer » c’est avant tout « appeler », car « l’appel rend ce qu’il appelle plus proche », ainsi Heidegger formule-t-il, en résonance avec la pensée védique, son intuition à propos de l’acte de nommer. Il fait advenir la « présence logée au coeur de l’absence ».

(…)

La création par la parole est l’apanage des rishi, êtres aux pouvoirs exceptionnels qui ont « vu » des vérités cachées aux yeux des hommes ordinaires. L’étymologie traditionnelle fait dériver le nom des rishi de la racine drish, « voir », car l’essence de leur tâche est celle des poètes-voyants. La Shatapatha Brahmana propose une autre étymologie: « Ils s’épuisèrent (rish) de labeur et de ferveur ascétique, c’est pourquoi ils sont appelés rishi». Ayant le désir de transmettre le contenu de leur vision aux générations futures, ils auraient composé les Veda et transmis ainsi son expérience visionnaire par leurs hymnes. La geste des rishi est donc la création d’une matière textuelle capable de donner à entendre leur vision. Les rishi sont appelés aussi poètes (kavi), car ils ont donné à leur « révélation » la forme articulée d’un langage.

La parole qu’ils recherchent est par définition cachée : elle réside dans un lieu lointain auquel ils ne parviennent qu’au terme d’un long voyage. Leur chemin constitue ainsi un véritable « acheminement vers la parole », conçu comme acte créateur et ordonnateur par excellence.

Les rishi ont conscience de ne pas habiter un « monde ordonné », un cosmós dans le sens littéral du terme, mais un monde qui est à ordonner en permanence. Ce travail d’agencement constamment renouvelé est conçu dans les Veda comme un long chemin, identifié lui-même à un sacrifice.

L’Inde est peut-être le pays qui a développé, sans interruption et pendant des millénaires, le plus grand nombre de mythes, de rites et de spéculations sur la parole. Il s’agit dans ces considérations d’une parole d’avant le langage, du Verbe créateur et sacré par excellence, mais aussi de l’étude du langage tel que les hommes le parlent. Ainsi, des disciplines comme la phonétique ou la grammaire sont devenues des voies possibles de salut en tant qu’elles sont mises au service de la compréhension et de la transmission d’une vérité contenue dans les strophes védiques (mantras).

(…)

Revue française de yoga, n° 32, « Être debout, marcher », juillet 2005, pp. 107-117

Imprimer

Articles connexes

Le symbolisme de la colonne vertébrale

Faite de « substantifique moelle », la colonne vertébrale, essence de l’homme, est le moyen symbolique de son passage au Ciel.

Symbolisme du cercle

Symbole de l’unité parfaite, le cercle est présent dans la nature à l’état pur plus que toute autre figure géométrique. Il est aussi symbole de la psyché humaine.

Par Jean Marchal

Droite et gauche en médecine chinoise

La médecine traditionnelle chinoise relie le couple « droite-gauche » au yin-yang fondamental, et notamment au couple symbolique « Dur-Mou ».

Par Jean-Marc Kespi