Le Monde du Yoga

Retour

Biomécanique des flexions latérales

par Jean-Pierre Laffez | Publié le 16 août 2005

La colonne vertébrale est polyvalente ; elle sert de protection à certains organes mais permet également d’exécuter différents mouvements. Son tassement induit une scoliose mais il est possible de travailler à l’harmonie des courbures vertébrales en installant certaines postures.

(…)

ANALYSE BIOMÉCANIQUE

La colonne vertébrale, axe du corps, arbre de vie, doit servir, d’une part de soutien aux parties voisines qui prennent appui sur elle, et d’autre part d’organe de mouvement. Elle est bien entendu l’étui protecteur de la moelle épinière. C’est par sa composition qu’elle peut assurer ce rôle : un grand nombre de petits os, les vertèbres, avec peu de mouvements entre eux. C’est l’addition de l’ensemble de ces petits mouvements qui rend possibles des mouvements de grande amplitude.

Les mouvements de cette colonne sont à la fois :

a) les flexions et les extensions pour l’axe antéro-postérieur ;
b) les rotations ou torsions autour de l’axe longitudinal ;
c) les inclinaisons latérales, mouvement nécessitant une fixation du bassin si l’on veut vraiment éviter les compensations et limiter ce mouvement à la colonne et donc au tronc.

(…)

Dans son ensemble, la colonne vertébrale (et par extension, le tronc) décrit généralement, dans l’inclinaison latérale, un grand arc unique à concavité située en dehors. Chez certaines personnes, le segment thoracique est soudé ; il est possible dans ce cas d’observer une double angulation : l’une se situe à la jonction cervico-dorsale, l’autre au niveau des premières vertèbres lombaires.

Il a été possible d’observer à l’aide de radios que, dans une flexion latérale passive, provoquée par une traction importante sur le bras, le bassin ayant été fixé, une double angulation apparaît.

Dans un mouvement actif et libre, l’arc vertébral est presque toujours harmonieux et uniforme. Il ne faut pas oublier que de nombreux facteurs morphologiques peuvent intervenir pour modifier ces mouvements.

Les muscles qui interviennent pour incliner la colonne vertébrale et le tronc sont ceux qui sont fléchisseurs et extenseurs, mais en se contractant d’un seul côté à la fois.

Une fausse flexion latérale : la scoliose

La scoliose est vue comme une déformation latérale du rachis. En fait, cette déformation n’est jamais uniquement latérale, mais elle s’accompagne toujours d’une rotation vertébrale.

La colonne vertébrale est immobilisée en bas sur le bassin ; elle est soumise à la force constante que représente le poids de la tête et la partie supérieure du tronc. La colonne vertébrale se tasse donc sur elle-même si le poids de la tête agit un peu plus sur un côté que l’autre. Il peut en résulter un tassement latéral d’une partie plus ou moins grande des corps vertébraux ; la colonne s’incline alors latéralement. Les corps vertébraux étant moins solidement maintenus en avant qu’en arrière, ils pivotent sur eux-mêmes et sous l’effet de cette même force verticale. La face antérieure de ces corps vertébraux tourne du côté de la convexité de la déviation. Incurvation et torsion sont deux phénomènes simultanés dus aux mêmes causes. D’ailleurs, la rotation peut précéder la flexion.

De multiples théories ont été échafaudées pour expliquer ces déformations : déficit du tonus musculaire, altération des disques intervertébraux, laxité anormale des ligaments, altération osseuse… Elles sont plus ou moins abandonnées. Les déviations scoliotiques résultent de plusieurs facteurs, survenant pendant la croissance, à une époque où la croissance est importante et le squelette particulièrement malléable et déformable.

Pour mémoire, nous citerons qu’il existe principalement deux formes de scoliose:

– la scoliose statique:

C’est une déviation compensatrice d’une inclinaison latérale du bassin, ainsi par exemple dans le cas d’une vraie jambe courte. Dans ce cas, l’inclinaison est plus souvent lombaire, la rectitude du tronc est ainsi rattrapée et permet d’axer l’horizontalité du regard, recherche permanente de la statique humaine.

– la scoliose essentielle des adolescents:

Elle est dite « essentielle » car elle est le symptôme essentiel d’une croissance rapide observée à l’adolescence. Généralement grave, car elle est accompagnée de rotations vertébrales et de déformations squelettiques importantes, le plus souvent irréversibles, notamment thoraciques et scapulaires. Son évolution est toujours très rapide, en quelques mois.

(…)

APPLICATION

(…)

Une flexion latérale depuis une position assise

Nous avons proposé la posture assise sur les talons car elle rend possible la fixation du bassin, comme toute posture assise, mais de plus, elle rend plus facile une harmonisation des courbes vertébrales.

Dans un tel exercice, il est indispensable de maintenir la tête qui, très rapidement, se mettrait en torsion. Le bras élevé peut être un poids supplémentaire facilitant l’ouverture et la participation de la ceinture scapulaire à cette ouverture. Les muscles d’attache de la ceinture scapulaire au thorax jouent alors un rôle dans cette ouverture.

Les muscles entrant en jeu sont surtout ceux qui verrouillent les zones de compensation, ainsi que l’ensemble de la musculature maintenant le corps en érection. Dans le mouvement de retour, c’est la musculation antérieure et postérieure du côté en extension qui est active. La même flexion latérale peut être pratiquée debout. Il est alors nécessaire d’amener une fixation pelvienne suffisante, sinon des compensations apparaissent et une hanche se soulève.

(…)

CONCLUSION

Les flexions/extensions latérales sont-elles beaucoup pratiquées dans le Hatha-Yoga ? Nous ne les trouvons que peu décrites dans les manuels les plus vulgarisateurs. Nous savons qu’elles sont enseignées régulièrement dans les cours. Elles ne peuvent par elles-mêmes constituer une pratique complète et il est nécessaire de les associer aux autres postures. On doit viser avant tout à harmoniser ces postures pour qu’elles deviennent réellement des « demi-lunes » ; elles remplissent alors pleinement leur rôle et notamment celui de fermer un hémithorax en insistant à l’expir, d’ouvrir l’autre en insistant à l’inspir. Sur un plan énergétique, elles permettent une bonne polarisation du souffle, sans aucune contrainte de pratique.

(…)

Revue Française de Yoga, n° 14, « Postures de flexion latérale », juillet 1996, pp. 27-39

Imprimer

Articles connexes

Le symbolisme de la colonne vertébrale

Faite de « substantifique moelle », la colonne vertébrale, essence de l’homme, est le moyen symbolique de son passage au Ciel.

Droite et gauche en médecine chinoise

La médecine traditionnelle chinoise relie le couple « droite-gauche » au yin-yang fondamental, et notamment au couple symbolique « Dur-Mou ».

Par Jean-Marc Kespi

Symbolisme du cercle

Symbole de l’unité parfaite, le cercle est présent dans la nature à l’état pur plus que toute autre figure géométrique. Il est aussi symbole de la psyché humaine.

Par Jean Marchal