Le Monde du Yoga

Retour

Les soins du dos

par Jean-Pierre Laffez | Publié le 08 février 2004

Alors que les thérapies qu’il est possible d’envisager contre le mal de dos sont aussi nombreuses que variées, il convient de choisir celle qui correspond le mieux à la personnalité du souffrant. Tant il est vrai qu’une entente harmonieuse, fondée sur la confiance, entre un médecin et son patient joue un rôle crucial dans l’amélioration de la santé.

[…]
La médecine traditionnelle, ancienne, nous enseigne que la nature, qu’elle soit humaine ou cosmique, est constituée de quatre éléments feu, terre, air et eau. Les principes naturels de santé peuvent être classés suivant ces quatre éléments.

LE FEU correspond à tout ce qui est thermique du froid au chaud; il est donc associé aux autres éléments l’eau, que ce soit sous forme de bains ou de tisanes ou d’aliments, la terre sous forme de cataplasmes, etc.

LA TERRE nous fait penser à ce qui est matériel et solide : cataplasmes peut être, mais également aliments, médicaments, tisanes, etc.

L’AIR, c’est bien entendu, la respiration, les cures d’air, les exercices physiques, ce qui est mouvant, immatériel, y compris les forces de la pensée.

L’EAU : bains, boissons, cures d’eau, etc.

Chacun de ces éléments est combiné nécessairement aux autres l’élément terre peut être chaud ou froid (feu), liquide (eau), etc.

Précisons encore que pour fabriquer un Être Humain, il faut quatre principes: nourriture, mouvement, air et idée. Si l’on oublie seulement un de ces principes, on court vers un déséquilibre appelé maladie.

Nous proposons ci-dessous un répertoire des différentes techniques de soins et de ceux qui les appliquent. Bien entendu, tout dépend du praticien. Il vaut mieux une bonne application de médecine allopathique, qu’une mauvaise prescription homéopathique, même si l’on est adepte des médecines dites douces, tant il est vrai que pour certains, c’est un véritable culte!

Allopathie

Faut-il définir cette médecine que tout le monde connaît? Elle peut rendre service dans les cas d’atteintes aiguës ; qui a eu une sciatique ne le niera pas. Trop de consommation d’anti-inflammatoires nuit à la santé. […]

Homéopathie

Elle rend de grands services aux rhumatisants chroniques, à condition d’avoir la patience d’attendre que le terrain se modifie.
Hippocrate, il y a 25 siècles, a énoncé un principe utilisé plus tard par l’homéopathe : « les semblables soignent les semblables ». En 1796, Hahnemann découvre qu’un produit qui donne chez un personne en bonne santé des symptômes, supprime ces symptômes chez une personne malade, et cela à moindre dose. Par exemple, le café à dose normale empêche de dormir ; à dose homéopathique, il favorise le sommeil. […]
Le remède ne correspond pas à un symptôme ou une maladie, mais il correspond à la fois à un profil comportemental et à certaines tendances psychosomatiques. Le médecin homéopathe cherche donc au travers de ses examens, le médicament qui correspond à ce malade, à ce moment précis.
Nous rapprochons de l’homéopathie, l’utilisation des oligo-éléments prescrits par la plupart des médecins homéopathes.

Acupuncture et médecine chinoise

La médecine chinoise est une médecine « ancienne » puisqu’elle est âgée dit-on de plus de 3000 ans. Le système de recherche des chinois était sûrement empirique, mais, bien avant l’Occident, ils ont découvert la circulation du sang, les rythmes du corps, l’endocrinologie, les carences, l’immunologie et bien d’autres fonctions.
La pharmacopée chinoise est essentiellement composée de plantes c’est la part la plus importante de la médecine chinoise qui ne se limite pas à l’acupuncture.
La philosophie chinoise taoïste nous enseigne qu’une énergie absolue, indifférenciée, le Tchi, est à la source de la manifestation et de toute vie. Cette énergie représente donc un potentiel vital naturel que l’on retrouve chez chaque individu.
Pour se manifester, cette énergie se différencie en deux forces à la fois complémentaires et opposées : le Inn et le Yang. Le Inn, réceptif, correspond plutôt à la concentration, alors que le Yang, créatif, correspond, quant à lui, à l’expression. Pour résumer, l’on peut dire que le Inn correspond au négatif, le Yang au positif, sans toutefois mettre de notion de valeur à l’une ou l’autre de ces différenciations. Du déséquilibre du Inn et du Yang, résulte la maladie. […]
Pour son traitement, l’acupuncteur, car c’est surtout de lui qu’il s’agit, va, normalement après avoir examiné les pouls de son patient, utiliser ses aiguilles. Il va ainsi soit stimuler, soit disperser les points déterminés par la palpation des pouls. Cette palpation n’a rien à voir avec ce que l’on entend par prendre le pouls en médecine occidentale. […]
Nous signalons ici l’auriculothérapie, bien qu’elle soit différente de l’acupuncture. Elle peut rendre de grands services en cas de crise aiguë. Mais retenons bien qu’elle n’est alors que symptomatique. […]

Naturopathie

Nous devons en parler ici, car la question nous est souvent posée. Où commence cette médecine, et où s’arrête-t-elle? S’agit-il d’une médecine? Nous pensons trouver dans la naturopathie surtout des techniques d’hygiène et d’alimentation saine. Dans ce cas, elle ne peut être que bénéfique, mais n’excluons pas les autres traitements. […]

Médecines manuelles

Les médecines manuelles basent leurs principes d’activité sur le fait que des micro-traumatismes, très souvent inaperçus, pouvant remonter loin dans le temps, quelquefois jusqu’à la naissance, ont pu entraîner des perturbations guérissables si l’on en prend le temps.

Ces praticiens n’utilisent que leurs mains, ce qui nécessite on s’en doute, un certain « coup de main », et aussi une série d’observations précises permettant de découvrir ou de situer le mouvement normal et le mouvement anormal du tissu ou des articulations du patient. Un certain nombre de manoeuvres peuvent être des manipulations craquantes, bruyantes. Elles peuvent être alors traumatisantes et exigent à la fois un diagnostic précis, une intervention précise et une grande habileté. Elles sont dites « fonctionnelles ». […]

Les carnets du yoga, n°224, août-septembre 2003, pp. 20-25.

Imprimer

Articles connexes

Le symbolisme de la colonne vertébrale

Faite de « substantifique moelle », la colonne vertébrale, essence de l’homme, est le moyen symbolique de son passage au Ciel.

Droite et gauche en médecine chinoise

La médecine traditionnelle chinoise relie le couple « droite-gauche » au yin-yang fondamental, et notamment au couple symbolique « Dur-Mou ».

Par Jean-Marc Kespi

Symbolisme du cercle

Symbole de l’unité parfaite, le cercle est présent dans la nature à l’état pur plus que toute autre figure géométrique. Il est aussi symbole de la psyché humaine.

Par Jean Marchal